Mary Jemison devient indienne


Capturée par des Indiens : Mary Jemison devient indienne

par Mary Jemison

En 1753, Mary Jemison, âgée de quinze ans, a été capturée par des Indiens le long de la frontière de la Pennsylvanie pendant la guerre de Sept Ans entre les Français, les Anglais et les Indiens d’Amérique du Nord. Elle a été adoptée et incorporée aux Senecas, une pratique familière chez les Iroquois et les autres peuples indiens cherchant à remplacer un frère ou un conjoint perdu. Mary s’est mariée et a élevé une famille dans les décennies avant et après la Révolution américaine; de nombreux captifs, une fois adoptés et intégrés dans une communauté indienne, ont refusé l’opportunité de rentrer chez eux, trouvant la vie dans la société indienne plus gratifiante. En 1823, Mary Jemison raconta l’histoire de sa vie à James Seaver, un médecin qui vivait près de chez elle dans l’ouest de New York. L’histoire de Seaver de « la femme blanche du Genessee », comme elle est devenue connue, s’est vendue à plus de 100 000 exemplaires en 1824.


Ayant accosté au rivage, les squaws me laissèrent dans le canot pendant qu’elles se rendaient à leur wigwam ou maison en ville, et revinrent avec un costume indien, tout neuf, et très propre et agréable. Mes vêtements, bien qu’entiers et beaux lorsque j’ai été pris, étaient maintenant déchirés en morceaux, de sorte que j’étais presque nu. Ils m’ont d’abord déshabillé et jeté mes haillons dans la rivière ; puis m’a lavé et m’a habillé du costume neuf qu’ils venaient d’apporter, dans le plus pur style indien ; puis m’a conduit à la maison et m’a fait asseoir au centre de leur wigwam.

J’étais dans cette case quelques minutes, avant que toutes les squaws de la ville ne viennent me voir. J’ai été bientôt entouré par eux, et ils ont immédiatement poussé un hurlement des plus lugubres, pleurant amèrement et se tordant les mains dans toutes les angoisses du chagrin d’un parent décédé.

Leurs larmes coulaient à flots et ils montraient tous les signes d’un vrai deuil. Au commencement de cette scène, l’un d’eux commença, d’une voix un peu entre la parole et le chant, à réciter quelques mots au sens suivant, et continua la récitation jusqu’à la fin de la cérémonie ; la compagnie variant en même temps l’apparence de leurs visages, leurs gestes et leur ton de voix, de manière à correspondre aux sentiments exprimés par leur chef :

« Oh notre frère ! Hélas! Il est mort, il est parti ; il ne reviendra jamais ! Sans ami, il est mort sur le champ des morts, où ses ossements reposent encore sans être enterrés ! Oh, qui ne pleurera pas son triste sort ? Aucune larme n’a coulé autour de lui ; Oh non! Il n’y avait pas de larmes de ses sœurs ! Il est tombé dans son pruneau, au moment où son bras était le plus nécessaire pour nous préserver du danger ! Hélas! il est allé! et nous a laissé dans le chagrin, sa perte à pleurer : Oh où est son esprit ? Son esprit est allé nu, et affamé il erre, et assoiffé et blessé il gémit de revenir ! Oh impuissant et misérable, notre frère est parti ! Pas de couverture ni de nourriture pour le nourrir et le réchauffer ; ni bougies pour l’allumer, ni armes de guerre : — Oh, il n’avait aucun de ces conforts ! Mais bon on se souvient de ses actes ! — Le cerf qu’il pourrait chasser ! La panthère recula à la vue de sa force ! Ses ennemis sont tombés à ses pieds ! Il était brave et courageux à la guerre ! Comme le faon, il était inoffensif : son amitié était ardente ; son caractère était doux ; sa pitié était grande ! Oh! notre ami, notre compagnon est mort ! Notre frère, notre frère, hélas ! il est parti! Mais pourquoi pleurons-nous sa perte ? Avec la force d’un guerrier, intrépide il nous a quittés, pour combattre aux côtés des Chefs ! Son cri de guerre était strident ! Son fusil bien braqué a abattu ses ennemis : son tomahawk a bu de leur sang : et son couteau leur a écorché le crâne alors qu’il était encore couvert de sang ! Et pourquoi pleurons-nous ? Bien qu’il tombât sur le champ des morts, il tomba avec gloire, et son esprit monta jusqu’au pays de ses pères en guerre ! Alors pourquoi pleurons-nous ? Avec des transports de joie, ils l’ont reçu, l’ont nourri, l’ont vêtu et l’y ont accueilli ! amis, il est heureux ; alors sèche tes larmes ! Son esprit a vu notre détresse, et nous a envoyé une aide que nous saluons avec plaisir. Dickewamis est venu : alors accueillons-la avec joie ! Elle est belle et agréable ! Oh! elle est notre sœur et nous l’accueillons volontiers ici. A la place de notre frère, elle se tient dans notre tribu. Avec soin, nous la protégerons des ennuis ; et qu’elle soit heureuse jusqu’à ce que son esprit nous quitte.

Au cours de cette cérémonie, de deuil ils devinrent sereins, la joie brillait sur leurs visages, et ils semblaient se réjouir de moi comme d’un enfant perdu depuis longtemps. J’ai été accueillie parmi eux en tant que sœur des deux squaws dont je viens de parler, et je m’appelais Dickewamis ; qui étant interprété, signifie une jolie fille, une belle fille, ou une chose agréable et bonne. C’est le nom par lequel j’ai depuis été appelé par les Indiens.

J’appris ensuite que la cérémonie par laquelle je passais alors était celle de l’adoption. Les deux squaws avaient perdu un frère dans la guerre de Washington, dans le courant de l’année précédente, et à la suite de sa mort sont allés à Fort Pitt, le jour où j’y suis arrivé, afin de recevoir le cuir chevelu d’un prisonnier ou d’un ennemi du pétrole, pour suppléer à leur perte. C’est une coutume des Indiens, quand l’un des leurs est tué ou fait prisonnier au combat, de donner au plus proche parent du mort ou de l’absent, un prisonnier, s’ils ont eu l’occasion d’en faire un, et sinon, de donner lui le scalp d’un ennemi. Au retour des Indiens de la conquête, qui est toujours annoncée par des cris particuliers, des démonstrations de joie et l’exhibition d’un trophée de victoire, les personnes en deuil s’avancent et font leurs réclamations. S’ils reçoivent un prisonnier, c’est à leur choix soit d’assouvir leur vengeance en lui ôtant la vie de la manière la plus cruelle qu’ils puissent concevoir ; ou, pour le recevoir et l’adopter dans la famille, à la place de celui qu’ils ont perdu. Tous les prisonniers qui sont pris au combat et transportés au campement ou à la ville par les Indiens, sont remis aux familles endeuillées, jusqu’à ce que leur nombre soit réparé. Et à moins que les personnes en deuil viennent à peine de recevoir la nouvelle de leur deuil, et soient sous l’opération d’un paroxysme de chagrin, de colère et de vengeance ; ou, à moins que le prisonnier ne soit très vieux, maladif ou laid, ils le sauvent généralement et le traitent avec bienveillance. Mais si leur blessure mentale est fraîche, leur perte si grande qu’ils la jugent irréparable, ou si leur ou leurs prisonniers ne rencontrent pas leur approbation, aucune torture, fût-elle si cruelle, ne semble suffisante pour leur faire satisfaction. Ce sont les sacrifices familiaux, et non nationaux, chez les Indiens, qui leur ont donné une marque indélébile de barbares, et identifié leur caractère avec l’idée qui se forme généralement de férocité insensible et de la cruauté la plus abandonnée.

Ce fut mon heureux sort d’être accepté en adoption : et lors de la cérémonie je fus reçu par les deux squaws, pour suppléer à la place de leur mère dans la famille ; et j’ai toujours été considérée et traitée par eux comme une vraie sœur, comme si j’avais été la corne de leur mère.

Lors de mon adoption, je restais immobile, presque terrifié par l’apparence et les actions de la compagnie, m’attendant à chaque instant à ressentir leur vengeance et à subir la mort sur le coup. Je fus cependant heureusement déçu, lorsqu’à la fin de la cérémonie la compagnie se retira, et mes sœurs se mirent à employer tous les moyens pour ma consolation et mon confort.

Étant maintenant installé et pourvu d’un foyer, j’étais employé à soigner les enfants et à faire des travaux légers dans la maison. Parfois, j’étais envoyé avec les chasseurs indiens, lorsqu’ils n’allaient qu’à une courte distance, pour les aider à transporter leur gibier. Ma situation était facile ; Je n’ai pas eu de difficultés particulières à endurer. Pourtant, le souvenir de mes parents, de mes frères et sœurs, de ma maison et de ma propre captivité détruisait mon bonheur et me rendait constamment solitaire, solitaire et sombre.

Mes sœurs ne voulaient pas que je parle anglais à leur audition ; mais, me souvenant de la charge que ma chère mère m’avait donnée au moment où je l’avais quittée, chaque fois que je me trouvais seul, je m’occupais de répéter ma prière, mon catéchisme ou quelque chose que j’avais appris afin de ne pas oublier ma propre langue. En pratiquant ainsi, je l’ai conservé jusqu’à mon arrivée dans les appartements de Genesee, où j’ai bientôt fait la connaissance d’Anglais avec lesquels j’ai eu l’habitude de converser presque quotidiennement.

Mes sœurs s’appliquaient à m’enseigner leur langue ; et à leur grande satisfaction, j’appris bientôt afin que je puisse le comprendre facilement et le parler couramment. J’ai eu beaucoup de chance de tomber entre leurs mains ; car c’étaient de bonnes femmes de bonne humeur ; paisibles et doux dans leurs dispositions ; tempérés et décents dans leurs habitudes, et très tendres et doux envers moi. J’ai de grandes raisons de les respecter, bien qu’ils soient morts depuis un grand nombre d’années.

La ville où ils habitaient était agréablement située sur l’Ohio, à l’embouchure du Shenanjee : la terre produisait du bon blé ; les bois fournissaient beaucoup de gibier, et les eaux abondaient en poissons. Une autre rivière se jette dans l’Ohio, juste en face de l’embouchure de la Shenanjee. Nous passâmes l’été à cet endroit, où nous plantâmes, serrâmes et moissonnâmes une grande récolte de blé d’excellente qualité.

Vers l’époque de la récolte du maïs, Fort Pitt fut pris aux Français par les Anglais.

Le blé étant récolté, les Indiens le prirent à cheval et en canoë, et descendirent l’Ohio, s’arrêtant parfois pour chasser quelques jours, jusqu’à ce que nous arrivions à l’embouchure de la rivière Sciota ; où ils ont établi leurs quartiers d’hiver et ont continué à chasser jusqu’au printemps suivant, dans le désert adjacent. Pendant que j’étais à cet endroit, je suis allé avec les autres enfants pour aider les chasseurs à ramener leur gibier. Les forêts de la Sciota étaient bien garnies d’élans, de cerfs et d’autres gros animaux ; et les marais contenaient un grand nombre de castors, de rats musqués, etc., qui faisaient une excellente chasse pour les Indiens ; qui dépendaient, pour leur viande, de leur succès à prendre des wapitis et des cerfs ; et pour les munitions et les vêtements, sur le castor, le rat musqué et autres fourrures qu’ils pouvaient emporter en plus de leur fourrure.

La saison de la chasse étant passée, nous retournâmes tous au printemps à l’embouchure de la rivière Shenanjee dans les maisons et les champs que nous avions quittés à l’automne précédent. Là, nous avons de nouveau planté notre maïs, nos courges et nos haricots dans les champs que nous avons occupés l’été précédent.

Vers le temps des semailles, nos Indiens sont tous montés à Fort Pitt, pour faire la paix avec les Britanniques, et m’ont emmené avec eux. Nous débarquâmes de l’autre côté de la rivière depuis le fort et campâmes pour la nuit. Tôt le lendemain matin, les Indiens m’ont emmené au fort pour voir les blancs qui s’y trouvaient. C’est alors que mon cœur bondit pour être libéré des Indiens et pour être rendu à mes amis et à mon pays. Les Blancs furent surpris de me voir avec les Indiens, endurant les épreuves d’une vie sauvage, à un si jeune âge, et avec une constitution si délicate qu’il paraissait en avoir. Ils m’ont demandé mon nom ; où et quand j’ai été emmené – et semblait très intéressé en mon nom. Ils poursuivaient leurs recherches, lorsque mes sœurs s’inquiétèrent, croyant que je devais leur être enlevé, me précipitèrent dans leur canot et retraversèrent la rivière, prirent leur pain du feu et s’enfuirent avec moi, sans s’arrêter, jusqu’à ce qu’elles arrivent à la rivière Shenanjee. Si grande était leur peur de me perdre, ou de mon abandon dans le traité, qu’ils n’ont jamais cessé de ramer jusqu’à ce qu’ils soient rentrés chez eux.

Peu de temps après que nous ayons quitté le rivage en face du fort, comme m’en a informé un de mes frères indiens, les blancs sont venus me reprendre ; mais après une enquête considérable, et après avoir fait une recherche diligente pour trouver où j’étais caché, ils sont revenus avec le cœur lourd. Bien que j’étais alors avec les Indiens depuis plus d’un an et que je me sois considérablement habitué à leur mode de vie et attaché à mes sœurs, la vue de Blancs qui pouvaient parler anglais m’inspirait une anxiété indicible de rentrer chez eux avec eux. , et partager les bienfaits de la civilisation. Mon départ soudain et mon évasion d’eux m’ont semblé être une seconde captivité, et pendant longtemps j’ai ruminé les pensées de ma misérable situation avec presque autant de tristesse et d’abattement que j’avais fait celles de mes premières souffrances. Le temps, le destructeur de toute affection, a usé mes sentiments désagréables, et je suis devenu aussi content qu’avant.

Source : James E. Seaver, Un récit de la vie de Mme Mary Jemison(Canadaigua, NY : JD Bemis, 1824), 43-51

Pour la page de titre James Seaver, voir http://www.library.upenn.edu/special/gallery/kislak/colonial/jemison.html

Voir aussi : pour la page de titre James Seaver, voir >http://www.library.upenn.edu/special/gallery/kislak/colonial/jemison.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *